La sécurité sur les chantiers en hauteur

La sécurité sur les chantiers en hauteur

Les chantiers constituent un environnement de travail à risques pour les membres du personnel. Cela se confirme avec les travaux en hauteur, qui présentent des conditions particulièrement accidentogènes. Dans ce contexte, les entreprises se doivent d’observer certaines règles et précautions propres à assurer la sécurité de leurs salariés, ainsi que celle des lieux d’intervention.

Une réglementation qui s’adapte à différents cas de figure

Des ouvriers sur un échafaudage

S’il n’existe pas à proprement parler de termes légaux pour définir le travail en hauteur, le Code du travail comprend néanmoins des recommandations pour ce type de chantier. Celles-ci sont applicables pour travailler en toute sécurité et empêcher les chutes :

  • l’installation de dispositifs de protection collective, comme les garde-corps ;
  • le fait de rendre les points d’accès praticables sans altérer les systèmes en place ;
  • en cas de configuration inadéquate, un système protecteur souple est autorisé, comme la pose de filets ;
  • la mise à disposition d’EPI, ou équipement de protection individuelle, pour le personnel : harnais antichute, casque…

Il convient d’adapter ces préconisations aux différentes situations de travail. Les chantiers en hauteur peuvent nécessiter une évolution sur des zones en pente, ou obliger les employés à intervenir sur des matériaux fragiles, comme des parties vitrées et des revêtements glissants.

Des équipements adaptés à l’élévation du personnel et des matériaux

Chantier de construction d'une maison

Le travail en hauteur peut également nécessiter des équipements particuliers pour accéder aux lieux d’intervention. Dans ce cas, l’usage d’une nacelle élévatrice ou toute autre plateforme d’élévation du personnel assure une sécurité optimale. Selon les caractéristiques des engins choisis, ceux-ci proposent des dispositifs dédiés à la protection des salariés. Cela passe notamment par la présence d’un garde-corps fixe et rigide, d’un réglage précis de la hauteur, et d’une zone de travail capable d’accueillir du matériel. De même, la location d’un chariot télescopique permet d’acheminer les matériaux jusqu’à un point déterminé sans réaliser des manipulations dangereuses.

Respecter les interdictions légales pour une sécurité optimale

Des ouvriers sur un chantier

Si l’aménagement des chantiers en hauteur reste à l’appréciation des entreprises, tout comme l’évaluation des risques, le Code du travail présente des interdictions à respecter. Tout travail temporaire dans ces conditions ne peut être réalisé sur une échelle, un marchepied ou encore un escabeau, même si le risque est jugé minime. L’usage de cordes pour aménager un poste de travail est également proscrit. Tout facteur considéré comme un risque potentiel supplémentaire pour les salariés requiert l’inaccessibilité des lieux. Cela peut se produire, par exemple, lors de fortes intempéries ou en cas de tempête.

Auteur : Olivier M.