Catégorie : Strategico

Strategico – généralités.

Les articles de Stratégico.

Qu'est-ce que le label énergie carbone

Pourquoi obtenir le label Energie-Carbone ?

Afin de préparer au mieux la RT 2020, la réglementation thermique 2018 a un rôle transitoire dans l’application des nouveaux objectifs énergétiques. Mis en place par le ministère de l’Environnement, le label Energie-Carbone, abrégé en E+C-, fait partie des gros chantiers environnementaux actuels. Décryptage de ce label.

Quels sont les critères du label E+C- ?

Dans le cadre de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, le label Energie-Carbone va participer à améliorer les performances énergétiques des bâtiments, en réduisant leur impact environnemental. Il s’inscrit dans une RT 2020 qui vise à diminuer drastiquement l’empreinte carbone des bâtiments sur tout leur cycle de vie (de la construction à l’éventuelle démolition).

Le label Energie-Carbone s’appuie sur le référentiel du même nom. Ce référentiel est l’indicateur de performance d’un bâtiment grâce à deux critères : la performance énergétique et la performance environnementale.

La performance énergétique (critère BEPOS) montre le niveau d’exploitation des énergies renouvelables par un bâtiment, d’isolation thermique ou encore d’autoconsommation. Selon leurs performances, les bâtiments peuvent atteindre quatre niveaux différents.

En complément, la performance environnementale (critère Carbone) est calculée en fonction des consommations énergétiques d’un bâtiment et de son empreinte carbone. Tout comme il existe des normes pour les conduites gaz dans les immeubles par exemple, la construction d’un bâtiment et les matériaux utilisés seront autant de critères pour déterminer l’empreinte carbone totale d’un bâtiment.

Pourquoi obtenir le label Energie Carbone ?

Obtenir le label Energie Carbone permet dans un premier temps d’être à jour avec la RT actuelle (côté collectivités). D’autre part, ce label offre un bonus de constructibilité de 30%, un véritable coup de pouce aux collectivités qui hésiteraient à passer au bâtiment à énergie positive avant la RT 2020. A savoir que même le remplacement d’un composant (canalisation gaz, matériau de construction, changement d’un équipement), est pris en compte dans le calcul de la performance environnementale.

Par ailleurs, expérimenter les exigences de ce référentiel et suivre les retours d’expérience permet déjà de bien se préparer à la prochaine réglementation thermique, d’en saisir les enjeux et les complexités, et d’en connaître la faisabilité technique et économique.

Actuellement, toutes les collectivités et tous les particuliers peuvent prétendre au label Energie-Carbone et ainsi participer à l’élaboration des textes définitifs sur le sujet.

[Orges de brasserie] Comment protéger ses semences ?

Dans l’agriculture moderne, la rotation des cultures, les semis précoces ou encore la forte densité d’une même essence sur plusieurs hectares favorisent le développement de maladies. Les cultures céréalières, dont l’orge, sont vulnérables à ces attaques extérieures et nécessitent donc un traitement spécial pour assurer leur protection. Le point.

Comment protéger les semences de l’orge contre les maladies ?

Les orges de brasserie permettent la confection de nombreuses boissons alcoolisées et maltées comme, par exemple, les bières. Ainsi, pour protéger comme il se doit les cultures de cette céréale fortement utilisée pour la consommation humaine et animale, il convient d’utiliser un ou plusieurs traitement(s) de semence de l’orge. Ces derniers se présentent sous la forme d’une poudre ou d’un liquide coloré avec lequel on va enrober quelques semis d’orge.

Bien sûr, l’utilisation de traitement de semences doit être accompagnée de gestes et d’équipements de sécurité adaptés. Ainsi, s’il est interdit d’utiliser les semences traitées pour la consommation humaine ou animale, le port d’EPI comme des gants, des combinaisons et des masques est également obligatoire. Les produits chimiques doivent être stockés à l’abri de la chaleur et l’utilisation par un tiers non formé est purement et simplement prohibée.

En protégeant quelques semis d’orge avec un traitement de semence, l’agriculteur peut créer une barrière protectrice autour de ses cultures et éviter la propagation, le développement ou l’apparition de maladies ravageuses auxquelles l’orge est sensible.

Traitement spécifique de semences de l’orge : le piétin échaudage

Parmi les maladies des cultures de l’orge (à l’instar de la rouille naine, l’oïdium, l’helminthosporiose, la rhynchosporiose ou encore la ramulariose), le piétin échaudage ou piétin verse fait partie des plus destructrices et des plus difficiles à détecter.

Cette maladie, causée par le champignon NIA, entraîne en effet une perte de rendement importante (jusqu’à plus de 40% dans le cas d’une infestation sévère) tout en se cachant dans le sol. De fait, le champignon responsable du piétin échaudage s’attaque aux racines des céréales à paille, à l’instar de l’orge, et va perturber sa nutrition hydrique comme azotée. Or, les seuls signes d’infestation sont des épis blancs et des racines nécrosées en fin de cycle seulement.

Pour combattre le piétin échaudage, une maladie pernicieuse qui peut grandement affecter le chiffre d’affaires d’un agriculteur, il convient donc tout d’abord d’effectuer des prélèvements racinaires au préalable en cas de doute. Si l’infestation est avérée, il faudra alors utiliser un traitement de semence spécifique au piétin échaudage composé de silthiofam, un antifongique puissant. Ce traitement additionnel doit être conjugué à un traitement base pour son application.

Les traitements de semences, spécifiques et de base, sont des alliées puissant pour une culture d’orge réussie et florissante.

Quand peut-on recruter en intérim ?

Emploi intérim : dans quels cas peut-on recourir au travail temporaire ?

Le travail temporaire, ou « intérim », fait l’objet d’un contrat de travail spécifique, différent du contrat de travail à durée déterminée. Pour une entreprise, le recours à l’intérim ne peut se faire que dans certains cas prévus par la loi. L’entreprise fera alors appel à une agence intérim qui mettra à sa disposition un travailleur ayant accepté l’offre d’emploi en intérim.

Faire appel à l’intérim dans le cas d’un remplacement

Une entreprise peut avoir recours à l’intérim pour remplacer un salarié :

  • lorsque ce dernier est absent provisoirement de son poste en raison d’une maladie, suspension temporaire du contrat de travail… ;
  • dans l’attente de l’arrivée d’un salarié en contrat à durée indéterminée qui n’est pas encore disponible ;
  • lorsque le salarié a quitté définitivement son poste avant que celui-ci ait été supprimé.

En cas d’accroissement temporaire d’activité

Une entreprise peut proposer un emploi en intérim (ou plusieurs) en cas d’accroissement temporaire d’activité :

  • pour son activité habituelle ;
  • pour une tâche occasionnelle ;
  • pour honorer une commande exceptionnelle à l’exportation ;
  • pour effectuer des travaux urgents par mesure de sécurité.

Emploi intérim : les emplois temporaires par nature

Dans certains cas, les entreprises n’ont pas recours au CDD, mais plutôt au travail temporaire. C’est le cas :

  • des emplois saisonniers (travaux qui se répètent de manière cyclique et prévisible, indépendamment de la volonté de l’entreprise) ;
  • des emplois temporaires « d’usage constant » dans certains domaines (hôtellerie/restauration, enseignement, déménagement, spectacles…)
  • des missions d’insertion professionnelle aidant au recrutement des personnes sans emploi qui ont des difficultés sociales et professionnelles ou offrant une formation complémentaire au salarié.

Si les agences d’intérim sont des viviers de profils pour ce type d’emplois, les entreprises peuvent aussi faire appel à elles pour publier leur offre d’emploi en intérim.

Intérim : les cas où il ne peut pas être utilisé

Le recours à l’intérim est interdit pour :

  • remplacer un salarié en grève ;
  • effectuer des travaux dangereux ;
  • pourvoir un emploi lié à l’activité permanente et normale de l’entreprise, de manière durable ;
  • remplacer un médecin du travail ;
  • remplacer un salarié après un licenciement économique, dans un délai de 6 mois suivant le licenciement.

Intelligence artificielle, entreprises

L’apport de l’Intelligence Artificielle pour les entreprises

L’intelligence Artificielle signe l’un des plus importants changements technologiques de nos sociétés. Nous la retrouvons déjà dans bien des aspects de la vie quotidienne avec notamment les chatbots sur les sites web et les assistants vocaux embarqués dans nos smartphones. Les entreprises sont et seront certainement les grands bénéficiaires de ce virage technologique. Si des craintes demeurent quant à l’impact négatif de l’IA sur les emplois, les attentes sont plus importantes. Quels sont les avantages de l’Intelligence Artificielle pour les entreprises ?

L’Intelligence Artificielle optimise la production

Les entreprises du secteur industriel, de toutes tailles, ont déjà intégré l’IA au sein de leur process de production. On la retrouve à présent notamment dans les machines et dans les logiciels de planification. L’IA fait partie de ces éléments qui dessinent l‘industrie de demain, l’industrie 4.0.

Les bénéfices sont colossaux puisque selon une étude la productivité de ces entreprises pourrait bien augmenter de 40% d’ici 2035. La production est optimisée grâce au machine learning qui permet aux robots de procéder à des calculs de toutes sortes en temps réel pour adapter la cadence, augmenter le taux d’occupation des machines, épauler un opérateur sur la ligne de production, gérer les stocks de manière optimale… L’IA accélère la production, augmente la productivité, diminue les frais et les délais.

Une meilleure performance commerciale

En intégrant l’IA dans les CRM, les entreprises de services ou de vente de produits bénéficient d’une meilleure performance commerciale et financière. Les futures versions des CRM tels que Salesforce permettront aux commerciaux, aux responsables marketing et digitaux ou encore aux managers d’atteindre et de dépasser leurs objectifs.  Keith Block, l’un des dirigeants de Salesforce estime que  « L’IA devrait affecter profondément le marché du CRM en offrant aux employés une productivité sans précédent, et en donnant aux organisations la possibilité de proposer de meilleures expériences à leurs clients. Pour les entreprises adoptant ces technologies, il est donc essentiel de créer de nouveaux programmes visant à développer les compétences de leurs effectifs afin que ces derniers soient prêts pour les innovations de demain. »

Le cabinet de recherche IDC planche même sur un accroissement des revenus des entreprises de plus de 1 000 milliards de dollars à l’horizon 2021 grâce à l’utilisation de l‘IA dans ces logiciels. Les employés seront plus productifs, convertiront plus efficacement les prospects en clients, les fidéliseront avec plus d’efficacité, les cycles de ventes seront raccourcis… Une telle hausse des revenus des entreprises engendrerait selon IDC une création de postes de plus de 800 000 emplois supplémentaires.

Une relation client bonifiée

L’une des facettes actuelles les plus connues de l’IA sont les chatbots. Ces robots conversationnels sont déjà présents dans nombre de sites web, marchands ou non marchands. Leur intérêt est multiple : il guide le client dans sa navigation, sa recherche d’infos ou de produits, il remplace le service client 24/24 et 7j/7… Les chatbots sont capables d’apporter une réponse sur mesure et immédiate à un panel de requêtes des plus larges. Avec en bout de ligne une plus grande satisfaction des clients. Et donc une relation client bonifiée pour l’entreprise avec comme atout de pouvoir renforcer ses positions sur son marché voire même de prendre les devants.

Une meilleure qualité de vie au travail

Le phénomène du turnover et du celui du burn-out sont devenus deux problématiques majeures pour les entreprises. Face à de trop fortes doses de stress ou face à de trop importantes charges de travail, les employés baissent les bras. L’IA génère dans ce contexte une réponse idéale.

Les assistants vocaux embarqués dans des solutions telles que Cortana de Microsoft, Siri d’Apple et Google Assistant pour ne citer que les plus connus se positionnent comme de véritables assistants personnels du salarié.  Ces bots facilitent, accélèrent et automatisent de nombreuses tâches. Ils peuvent l’aider à trouver le bon contenu, à traduire un texte, à dénicher des infos de toutes sortes, à rédiger des emails sans faute et plus rapidement, à lancer différentes opérations en simultanée. Autant d’actions qui soulagent le salarié, le délestent de tâches chronophages, améliorent son efficacité. Et participent à le faire se sentir bien au travail.

Mais l’IA a également vocation à améliorer significativement la collaboration et les workflows dans l’entreprise. Les plateformes collaboratives pullulent : Slack, Trello, Google Hangouts Chat, Microsoft Teams, Cisco Spark, Jive…. Ces applications dotées d’IA sont spécialement conçues pour que tout le monde puisse échanger travailler efficacement à distance et en équipe via son PC, son mobile ou de sa tablette. Ces outils améliorent les échanges et les relations, rendent le travail de chacun plus smart. Ces applications collaboratives permettent ainsi une meilleure communication au sein de l’entreprise, un meilleur niveau de relations professionnelles et humaines.

Cybersécurité quels risques pour la PME ?

Cybersécurité quels risques pour la PME ?

La cybersécurité ne concerne pas seulement les plus grands groupes et organisations, puisque 51% des PME ont déclaré avoir rencontré un problème qui y est lié. Ces petites et moyennes entreprises sont même des cibles de choix car leur budget est moindre que celui des grandes structures. Quels sont les risques qu’encourent les PME en termes de cybersécurité?Lire la suite

Comprendre l’origine de son business digital

Mesurer et comprendre l’origine de son business « digital »

Bon nombre de chefs d’entreprises sont incapables de comprendre d’où vient leur business, tant qu’il y en a !!! Les affaires vont et nul besoin de voir plus loin, mais quand la disette arrive, baisse du nombre de lead, baisse du nombre de commande il devient impossible d’appuyer sur le bon bouton pour relancer la machine.Lire la suite

Strategico l’information stratégique pour les entreprises

Strategico l’information stratégique pour les entreprises.

Emerger, se développer et performer sur des marchés complexes, ambigus, volatils, incertain est devenu extrêmement complexe.
Les décideurs sont confrontés à un déluge d’informations inutiles, fausses, incomplètes ne permettant pas une prise de décision sereine. Peu de chance que la situation revienne à un état antérieur et peu de chance que l’évolution digitale ne fasse que faciliter la vie des managers, quelle que soit la taille de leur organisation.Lire la suite